· Julien F. · fruits et legumes  · 6 min de lecture

Cultiver de l'Ail : Guide Complet

Comment réussir votre culture d'Ail à coup sûr ? Quand récolter ? Comment bien le conserver ? Dans cet article, on vous dit tout !

Comment réussir votre culture d'Ail à coup sûr ? Quand récolter ? Comment bien le conserver ? Dans cet article, on vous dit tout !

Que ce soit pour donner du goût à vos plats, pour sa simplicité de culture ou pour ses bienfaits sur la santé, cultiver de l’Aïl est incontournable pour tous les jardiniers amateurs ! 

C’est d’ailleurs la première culture que j’ai lancé dans mon jardin, avec celle de l’oignon et de l’échalote. 

En plus d’être simple à réaliser, elle est très satisfaisante et peut s’effectuer lors des saisons plus calmes au potager. Dans cet article, on vous dit tout sur cette culture !

Quand planter l’Ail au potager ?

La plantation de l’ail peut être effectuée à deux moments au potager et dépendra de la variété d’ail que vous allez sélectionner.  Les 3 variétés principales que l’on va identifier sont : L’ail blanc, l’ail violet et l’ail rose qui vont offrir des saveurs et des périodes de plantation différentes.  

Pour l’ail blanc et l’ail violet vous pouvez effectuer vos semences : 

  • En O****ctobre, cela va permettre aux plants de passer l’hiver en terre, ce qui a pour effet de renforcer les plants, qui apprécient le froid ! Cela permet aussi d’occuper des parcelles qui ne sont pas forcément utilisée à cette période de l’année, généralement calme au potager. S’il neige chez vous, tant mieux ! Laissez la couche de neige sur l’ail, cela permet de réguler la température à la surface du sol. Je cultive moi-même de l’ail en montagne avec une très grande réussite. 
  •  Toutefois, si vous avez raté cette fenêtre, ne vous inquiétez pas : J****anvier offre également une opportunité de mise en terre. Cela permet à l’ail de bénéficier tout de même d’une période de froid, essentielle à sa croissance. Cela peut vous permettre de replanter sur les endroits où vous aurez eu des mauvaises germinations en Octobre par exemple !

Pour l’ail rose, il est plutôt conseillé de le planter en Février/Mars, pour une récolte qui se fera en Juin/Juillet

Les meilleures conditions pour la culture de l’Ail

L’ail est une plante qui adore le soleil. Il est donc primordial de choisir un emplacement bien ensoleillé pour cultiver l’ail. 

En matière de sol, l’ail préfère les terres légères et surtout bien drainées. En effet, les excès d’eau sont l’ennemi numéro un de l’ail, car ils peuvent entraîner la pourriture des caïeux. 

En terme d’arrosage, c’est une culture que je n’arrose quasiment jamais. En fonction de votre région, le fait de planter en Octobre ou même en Janvier vous permettra d’avoir des pluies normalement suffisantes pour que la plante se développe bien.

On évitera aussi de choisir un emplacement qui a déjà accueilli des cultures d’ail, d’oignon, d’échalote ou encore de poireau dans les 2 années, pour éviter le développement précoce de maladies cryptogamiques. 

De plus, une précision importante : évitez à tout prix la fumure fraîche. L’ail n’apprécie pas du tout être planté dans une terre ayant reçu une fumure organique depuis moins d’un an. Par contre, vous pouvez utiliser de l’engrais riche en phosphore et potasse sans soucis. 

Concernant les associations de culture au potager, je plante l’ail au même endroit et en même temps que les oignons et les échalotes, qui passent aussi l’hiver en terre !

Quand récolter l’Ail ?

Après environ 8 à 9 mois de culture, votre ail sera prêt à être récolté. Si vous avez planté en Janvier, vous pourrez commencer à récolter pour éclaircir par exemple, à partir de Mai ou Juin en fonction de votre climat. Cela vous permet de semer un peu plus serré afin d’avoir un peu plus de récoltes. Sinon, la période sera Juillet/Août pour une culture prête à coup sûr. 

Lorsque le feuillage commence à jaunir et à se flétrir, c’est le moment idéal pour déterrer délicatement vos bulbes. Pour cela, utilisez une fourche-bêche afin de ne pas abîmer les bulbes, et laissez sécher votre ail au sol un à deux jours afin de le rentrer dans un endroit sec et bien aéré

Conservation et tressage de l’ail

Après la récolte, pensez à bien sécher vos bulbes pendant quelques jours sur le sol. Prenez donc garde à la météo au moment de la récolte, choisissez une période où vous êtes assurée de ne pas avoir de pluie ! 

Ensuite, vous pouvez conserver votre ail en le tressant, ce qui, en plus d’être esthétique, permet une bonne circulation de l’air. L’ail se conserve ainsi plusieurs mois dans un endroit sec, il tiendra par exemple parfaitement bien jusqu’en Octobre, ce qui vous permettra de replanter vous-même une partie de l’ail récolté, pour ainsi devenir autonome en ail ! 

Tresse d'ail suspendue

Pour cela rien de plus simple, vous sélectionnerez les caïeux situés à l’extérieur du bulbe, les plus gros, et vous les planterez en pleine terre à la période voulue. Le reste du bulbe pourra être utilisé pour cuisiner ! Avec une tête d’ail, vous pouvez donc espérer créer 5 à 7 nouveaux plants ! Pensez donc à réserver une partie de votre récolte pour la préparation de la prochaine.

Les bienfaits de la consommation d’ail

Outre son intérêt culinaire, l’ail est reconnu pour ses nombreux bienfaits. Antioxydant, il protège le cœur, renforce le système immunitaire et possède des propriétés antibactériennes, notamment pour les poumons. 

En effet l’ail contient de l’oxyde d’allyle, qui possède des propriétés antibactériennes, et dont l’excès est éliminé par les poumons. C’est aussi pour cela que l’ail peut donner une mauvaise haleine !

C’est donc un véritable allié santé, n’hésitez pas à en consommer régulièrement, en garnitures de vos salades vertes ou pour faire revenir vos haricots par exemple ! 

Maladies et ravageurs : les ennemis de l’Ail

Bien que l’ail soit une culture relativement robuste, il existe quelques maladies et des nuisibles qui peuvent toucher vos cultures. 

Parmi les principales maladies, la pourriture blanche est sans doute la plus redoutée. Elle est causée par un champignon qui affecte le collet de la plante, faisant pourrir le bulbe. Pour l’éviter, il est crucial de pratiquer la rotation des cultures et d’éviter de planter de l’ail, des oignons ou des poireaux au même endroit pendant au moins deux ans.

Quant aux ravageurs, les nématodes peuvent être nuisibles. Ces petits vers microscopiques s’attaquent aux racines et peuvent ralentir la croissance de l’ail. Enfin, les thrips, de minuscules insectes, peuvent endommager les feuilles en y suçant la sève. Un bon arrosage et la préservation de prédateurs naturels, comme les coccinelles, peuvent aider à les contrôler.

Le plus grand danger de la culture d’ail est peut-être le jardinier lui-même ! En effet, l’arrosage excessif de cette culture peut entrainer le pourrissement des bulbes, pensez donc à limiter ou carrément supprimer l’arrosage sur cette culture ! 

Conclusion

Cultiver de l’ail est relativement simple, c’est une culture qui demande peu d’entretien, mais qui offre de grandes récompenses. 

Il suffit de respecter la rotation des cultures, de faire très attention à ne pas trop arroser et de bien sélectionner les caïeux à planter ! 

Non seulement vous aurez le plaisir de récolter un ail de qualité, mais vous profiterez également de tous ses bienfaits pour la santé. Alors, prêts à planter votre ail ? 

Partager:
Retourner aux articles

Articles similaires

Voir tous les articles »